Phillipe Suchard et son intérêt précoce pour le chocolat

 

Philippe Suchard est né en 1797 à Boudry. Selon les mémoires de sa sœur Rosalie, il a pris conscience du potentiel de la fabrication du chocolat en tant qu’industrie à l’âge de douze ans. Pour réaliser son rêve, six ans plus tard, il commence comme apprenti chez son frère Frédéric à Berne. En 1824, il quitte la Suisse pour se rendre aux Etats-Unis. A la fin de l’année, il revient à Neuchâtel et ouvre une entreprise de confiserie.

En 1826, Suchard ouvre l’usine de Chocolat Suchard à Serrières. Il utilisa l’hydroélectricité de la rivière voisine pour faire fonctionner les moulins de son usine. Philippe Suchard utilisait un broyeur composé d’une plaque de granit chauffée et de plusieurs rouleaux de granit qui avançaient et reculaient. Ce modèle est toujours utilisé aujourd’hui pour broyer la pâte de cacao.

Philippe Suchard et son destin d’entrepreneur

 

Philippe Suchard a connu quelques difficultés financières au début de sa carrière de chocolatier. Son succès se concrétise en 1842, avec une commande en bloc de Frédéric Guillaume IV, roi de Prusse, qui fut également le prince de Neuchâtel. Ses chocolats ont ainsi connu un essor fulgurant et ses chocolats ont rapidement remporté des prix à la Grande Exposition de Londres en 1851 et à l’Exposition universelle de Paris en 1855. Il ouvre sa première usine à l’étranger en 1880 à Lörrach, en Allemagne, devenant ainsi le premier chocolatier suisse à faire fabriquer du chocolat suisse à l’étranger.

La couleur violette inhabituelle de l’emballage du chocolat a été choisie par Philippe Suchard qui voulait différencier son produit des autres.

L’héritage de Philippe Suchard

 

À la fin du XIXe siècle, Philippe Suchard était devenu le plus grand producteur de chocolat. Dix-sept ans après sa mort en 1884 à Neuchâtel, son entreprise produisit le célèbre chocolat Milka pour le marché suisse. Après sa mort, sa fille Eugénie Suchard et son mari Karl Russ-Suchard  reprennent l’entreprise.

Aujourd’hui, l’usine appartient au groupe Mondelez et la production a été transférée à l’usine Toblerone à Berne.