Le lapin de Pâques peut faire rebondir les ventes de chocolat, mais l’industrie est menacée par l’évolution des modes de consommation et les difficultés liées à la cacaoculture.

Plus de 3 millions de tonnes de fèves de cacao sont consommées chaque année dans le monde, selon la World Cocoa Foundation. La demande mondiale continue d’augmenter, en partie en raison de la demande croissante des marchés émergents pour la confiserie. Selon Euromonitor, une société d’études de marché, le marché global du chocolat a augmenté de 13 % entre 2010 et 2015 pour atteindre 101 milliards de dollars.
Toutefois, le marché a stagné en Europe de l’Ouest, en partie en raison des préoccupations croissantes en matière de santé liées au sucre, qui est présent en grandes quantités dans la plupart des confiseries au chocolat. Selon Erste Asset Management, la personne moyenne en Europe et aux États-Unis consomme environ 5,2 kilogrammes (11,5 livres) de chocolat par an. Euromonitor affirme que le marché britannique du chocolat a diminué de 2 millions de dollars entre 2013 et 2015.

Faits sur le cacao

L’Européen moyen ou l’Américain moyen consomme 11,5 livres de chocolat par an.
Environ 3,5 millions de tonnes de fèves de cacao sont produites chaque année.
Quatre pays d’Afrique de l’Ouest produisent plus de 70 pour cent de l’approvisionnement en cacao – Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria et Cameroun.
Le cacao est la principale source de revenus pour 5,5 millions de petits exploitants agricoles, dont beaucoup vivent avec moins de 1,25 dollar par jour.
Source: Erste Asset Management

Les prix à la baisse?

Les prix à terme du cacao ont augmenté assez régulièrement depuis 2013, à l’exception d’une brève baisse au début de cette année.

Toutefois, BMI Research prévoit que les prix commenceront à baisser jusqu’en 2019, car l’offre croîtra plus rapidement que la demande. C’est dû à un rebond de la production en Afrique de l’Ouest, en particulier au Ghana, le deuxième producteur de fèves de cacao après la Côte d’Ivoire, a déclaré la firme de recherche dans un rapport publié en février.

Hamish Smith, économiste spécialiste des matières premières à Capital Economics, s’attend également à une chute des prix.

“Après les récentes flambées des prix du cacao et du sucre, nous pensons que les prix vont probablement reculer un peu par rapport aux niveaux actuellement élevés”, a-t-il déclaré à CNBC par courrier électronique.

Cela peut sembler une aubaine pour les producteurs, mais M. Smith a ajouté que les avantages de la chute des prix du cacao pourraient être limités.

“Bien qu’on puisse s’attendre à ce que la baisse des prix profite aux producteurs en termes de coûts de production moins élevés, les coûts bruts des produits de base tendent à représenter une part relativement faible des coûts globaux des produits tels que le chocolat (les autres coûts comprennent la main-d’œuvre, le transport, l’emballage et la commercialisation).

Chocolat chaud

plus long terme, l’équilibre entre l’offre et la demande pourrait changer, la production de cacao pouvant être menacée par le changement climatique.

Le cacao est une culture délicate et les arbres sont sensibles aux changements climatiques, aux maladies et aux insectes. Le Centre international d’agriculture tropicale a averti qu’une augmentation annuelle de la température de plus de 2 degrés Celsius d’ici 2050 laissera de nombreuses régions productrices de cacao d’Afrique de l’Ouest trop chaudes pour faire pousser la culture. On voit des arbres lutter pour obtenir suffisamment d’eau pendant la saison de croissance.

Certains agriculteurs du Ghana et de la Côte d’Ivoire se tournent déjà vers des cultures plus lucratives comme l’huile de palme ou le caoutchouc. Le Earth Security Group, une société de conseil en développement durable, affirme que si les agriculteurs continuent à abandonner la culture au même rythme, le monde pourrait être confronté à une pénurie de cacao d’un million de tonnes d’ici 2020, ce qui pourrait confondre les prévisions d’offre excédentaire.

Pendant ce temps, les militants continuent de soulever des préoccupations concernant l’appauvrissement et l’utilisation du travail des enfants dans les exploitations cacaoyères. Environ 2 millions d’enfants travaillent dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana, dont 500 000 travaillent dans des “conditions d’exploitation”, selon la Campagne européenne pour le chocolat équitable.

En janvier, Nestlé a perdu sa tentative de rejeter une action en justice qui l’accusait d’avoir utilisé des enfants esclaves en Côte d’Ivoire.

“Aucune entreprise qui s’approvisionne en cacao (Côte d’Ivoire) ne peut garantir qu’elle a complètement éliminé le risque que des enfants travaillent dans de petites exploitations agricoles dans leur chaîne d’approvisionnement. Nestlé n’est pas différent, mais nous sommes déterminés à nous attaquer au problème”, a déclaré le géant suisse de l’alimentation et des boissons sur son site Internet.