Il n’ y a pas si longtemps, le chocolat en Chine continentale était généralement considéré comme une friandise exotique, quelque chose que les gens achetaient seulement comme un cadeau de luxe ou une friandise extravagante.

Mais maintenant, une génération de jeunes chocoholiques semble émerger. Dans un pays de 1,3 milliard d’habitants. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’on voit au bord du Léman de nombreux touristes chinois se rendre chez un chocolatier de Genève pour déguster un chocolat artisanal d’exception. cela aura probablement un impact considérable sur l’industrie mondiale, car les fabricants de chocolat essaient d’obtenir leur part de marché. 

Ce n’est pas seulement le chocolat qui est appétissant. Les bénéfices potentiels pour les industriels le sont aussi.

Le marché du chocolat en Chine devrait croître en valeur pour atteindre 40 milliards de yuans (6,2 milliards $US) d’ici 2020, selon le cabinet d’études de marché Ebrun.

Les prévisions haussières se traduisent par un quasi-doublement de la consommation de chocolat en Chine continentale. Les ventes de chocolat dans le pays le plus peuplé du monde ont été évaluées à environ 20 milliards de yuans en 2015.

Une consommation de chocolat par habitant encore faible

Par habitant, la consommation chinoise de chocolat est encore inférieure à 1 kilogramme par an, soit un dixième de la consommation européenne. Cela signifie donc que la marge de progression est extrêmement importante.

La situation va changer très bientôt en fonction de la réalité du terrain “, a déclaré Chen Xiao, directeur général de Shanghai Yacheng Culture, une entreprise qui s’occupe du marketing et de la stratégie de marque pour les entreprises agroalimentaires.

“La croissance à deux chiffres d’une année sur l’autre ne donne pas un tableau complet du marché chinois du chocolat.”

Barry Callebaut, le plus grand fabricant de chocolat au monde, basé à Zurich, en Suisse, est désormais fermement décidé à développer sa production en Chine, au vu du potentiel de croissance sur le marché chinois.

Ben De Schryver, président de Barry Callebaut Asia Pacific, a déclaré que l’entreprise prévoyait de construire deux nouvelles usines sur le continent au cours des cinq prochaines années, car le chocolat devient de plus en plus important dans la vie quotidienne des gens.

C’est un marché dynamique. Le marché chinois est très ouvert à de nouveaux concepts “, a-t-il déclaré. “En plus, il y a un long chemin à parcourir en termes de consommation ici.”

Barry Callebaut est une entreprise de commerce interentreprises qui fabrique du chocolat et des produits à base de cacao.
Elle fournit actuellement du chocolat aux marques de détail, aux boulangeries et aux restaurants sur le continent par l’intermédiaire de son usine de Suzhou. L’entreprise prévoit d’augmenter la capacité annuelle de l’usine de 250 000 tonnes, a déclaré M. Schryver.

Depuis des années, les compagnies internationales de chocolat tentent de transformer les Chinois en chocoholiques, en repérant les avantages financiers potentiels de la deuxième économie mondiale. Ce n’est pas rien dans un pays dont la culture culinaire est si fortement liée à la tradition chinoise.

Les grandes marques de chocolat sont prêtes

Les 20 premières marques mondiales de chocolat se sont déjà tournées vers la Chine, salivant le potentiel du marché continental.
Le chocolatier belge Godiva comptait une centaine de points de vente à la fin de l’année dernière et prévoit de tripler ce chiffre d’ici 2020.

Ferrero Rocher, le chocolatier italien, a commencé la construction d’une usine à Hangzhou, dans la province du Zhejiang, en 2014.
Les fabricants locaux, bien qu’éclipsés par leurs puissants rivaux étrangers, sont également en train de relancer leurs projets d’expansion pour accroître leurs parts de marché.
La société Ahme Food, basée à Shanghai, a par exemple acquis l’an dernier la marque belge de chocolat Pralinor pour l’aider à explorer le segment haut de gamme du marché du chocolat du pays.

Au début des années 1980, lorsque Pékin s’est lancé dans les réformes économiques, un morceau de chocolat était considéré plus comme une rareté précieuse que comme une nécessité quotidienne.

La culture du café est en train de changer “, explique Schryver. Nous voyons de plus en plus de changements dans la façon dont le chocolat est utilisé. C’est plus du chocolat avec autre chose, comme des produits de boulangerie, pâtisseries et glaces.”

La Chine, un marché enclin à l’innovation

“Ils sont prêts à payer plus cher pour un nouveau produit “, a déclaré Schryver.

Le chocolat au rubis, contrairement aux chocolats blanc, noir et au lait existants, est fabriqué à partir de la fève de cacao Ruby que Barry Cellebaut a mis des années à se procurer dans différentes régions du monde.

Le haricot a un goût intense et une couleur rougeâtre.

Quand j’étais petite, le chocolat était considéré comme un produit alimentaire qui me donnait plus d’énergie pour étudier “, a dit Amy Yan, une passionnée de chocolat de 40 ans..

“C’est devenu une friandise pour des gens comme moi et ce n’est plus une chose chère dans notre vie.”