La Chocolaterie artisanale du Chef Alain Ducasse

Après les restaurants, les auberges, les écoles et les livres de cuisine, voilà que le grand Chef Alain Ducasse se met au Chocolat. C’est en effet rue de la Roquette, près de la Bastille, que le Chef a trouvé l’emplacement idéal pour créer une authentique chocolaterie artisanale. Grand fan d’Alain Ducasse depuis un inoubliable dîner de fiançailles au Spoon à Hong Kong, il me tardait d’aller y faire un tour car généralement quand Alain Ducasse lance un nouveau projet, il ne fait pas les choses à moitié…

La Visite :

Direction donc le 11ème en quête des gourmandises chocolatées du Chef ! Miro comme une taupe, je m’arrange pour passer devant la boutique sans m’en rendre compte. Il faut dire qu’elle ne saute pas aux yeux nichée dans cette petite arrière-cour. Une fois rentré, plus de doute, le nom d’Alain Ducasseest affiché en gros sur la devanture. D’extérieur, l’endroit ressemble à s’y méprendre à un vieil atelier et les immenses portes en acier laissent plainer tout le mystère sur ce qui se cache à l’intérieur.

On ne peut que être conquis par la décoration. Dans un esprit colonial exotique, elle fait la part belle aux bois foncés et au cuivre. Elle n’en oublie pas pour autant d’évoquer la fonction manufacturière du lieu avec une abondance d’acier et du béton brut au sol.

 

Le Chocolat Alain Ducasse

L’œil est tout de suite attiré par le présentoir central où les ganaches gourmandes, les pralinés à l’ancienne et les ganaches d’origine se mêlent pour notre plus grand plaisir. La lecture des étiquettes me laisse rêveur, Chocolat de Madagascar, du Pérou, de Trinidad, Ganache Passion & CocoThé & Citron, et j’en passe…

Ne sachant pas trop quoi prendre, je décide d’opter pour cette première visite pour une Boite découverte à 28 € avec une petite sélection de la collection. Les vendeuses se révèlent sympathiques et avenantes avec les clients. En revanche, à moins de faire son bourgeois difficile, il semble compliqué de se voir offrir quelques chocolats pour goûter. Il reste bien ceux proposés en dégustation à la caisse mais encore faut il avoir le courage de se frotter à des quinquagénaires endimanchés manifestement à jeun.

 

Sur le coté, on retrouve ce que d’autres appellent les Croquants, des cacahuètes, des amandes ou des noisettes enrobées simplement de chocolat noir ou au lait. Difficile de s’en faire une idée car les emballages ne laissent rien entrevoir et manifestement des gourmands sont déjà passés avant moi dévastant sur leur passage les coupelles de dégustation. Mieux vaut en avoir envie car le plus petit paquet fait tout de même 300gr et est affiché à 25 €. J’ai fait le choix des Noisettes au chocolat noir, nous verrons bien.

Un peu plus loin, une étagère est consacrée aux tablettes de chocolat. Il y a en a de toutes natures à 65%, 75%, 85% de Cacao, en provenance par exemple du Venezuela ou de Java. De nouveau l’emballage en papier kraft ne laisse même pas un petit carrée de chocolat à contempler. Va pour un 75% du Vénézuela, le Trinitario.

Dans la file d’attente pour payer, on a tout le loisir d’admirer les chocolatiers à l’oeuvre derrière la grande verrière. Le geste est précis et la technique traditionnelle. A la caisse, 60 € pour une Boite découverte, 300g de Noisettes au chocolat noir et une Tablette de chocolat. Heureusement j’ai pu gratter discrètement deux chocolats en dégustation pour faire passer la pilule, des ganaches à la framboise. Délicieuses ! Certes la facture est salée mais à y regarder de plus près nous sommes dans les prix des concurrents comme Jean Paul Hévin ou Hugo & Victor par exemple. Les petits malins pourraient cependant avoir raison de dire que la rue de la Roquette n’a pas le prestige ni les loyers de la Rue Saint-Honoré ou encore que les emballages n’ont pas du leur coûter bien cher, mais bon, c’est Alain Ducasse quand même !

La Dégustation :

 

Vos petits chocolats vous sont restitués dans une boite cartonnée rectangulaire pas forcément des plus pratiques quand on a à se balader avec. Elle est tout de même arrivée saine et sauve à la maison.

Le Chocolat Alain Ducasse
On commence par les Noisettes au Chocolat Noir. Elles sont absolument divines. Les noisettes sont croquantes sans être sèches et la pellicule de chocolat se distingue par sa finesse. Toutefois 300g ça fait quand même pas mal ! Je me dis que j’en ai pour un bout de temps avant de finir.

 

Je vous mets la photo de la Tablette de Chocolat Trinitario mais je n’y ai pas encore goûté. En fait vu le nombre de chocolat à la maison je vais sans doute faire cadeau de cette tablette.

Et oui, c’est qu’il me reste ma Boite de Dégustation avec un mélange de la collection. La Boite est accompagnée de petites fiches très bien faites avec tous les types de chocolat. Chaque ganache ou praliné possède un signe distinctif permettant d’en connaitre la composition d’un simple coup d’œil. A cette heure, la boite est quasiment vide et j’ai déjà mes coups de cœur. Coté Ganaches gourmandes, je fonds littéralement pour la Passion & Coco et la Framboise. Dans les Pralinés à l’ancienne, la Noir Noisette & Amande fondantes a ma préférence. Enfin, les Ganaches Origines raviront les puristes avec une ganache du Pérou remarquable. Tous ces chocolats se distinguent vraiment par leur qualité et surtout leur finesse de réalisation. C’est du grand travail de chocolatier !

Article issu du site legastronomeparisien